Et c’est reparti !

Me voilà de retour à Prague pour un nouveau semestre ! Ce petit voyage depuis la gare d’Auray m’a quand même pris plus de neuf heures. J’ai eu droit à 20 minutes de retard arrivée en gare de Roissy – Charles De Gaulle (bon, allez, c’est rien par rapport à d’autres fois, je râle pour la forme).

En me dirigeant vers le terminal 2D, je vois arriver vers moi un groupe de sportifs en survêtements bleus. Un instant j’ai cru que c’était l’équipe de France de handball qui revenait du Danemark, mais en fait non, du coup j’étais un peu déçue !

Au contrôle de sécurité, ma valise et moi-même avons été fouillées. Dans la confusion, j’en ai perdu mon billet d’avion. Un des employés explique à une Louise toute paniquée qu’ils vont m’en imprimer un nouveau à la porte d’embarquement. Ouf ! Mais arrivée à l’entrée de l’avion, l’hôtesse qui prend mon billet me dit : « Mais vous vous êtes trompée, nous on ne va pas à Prague ! » J’aurais bien aimé voir ma tête à ce moment là. Heureusement, son collègue intervient : « Mais si, on va à Prague ! ». Oui, l’hôtesse avait « oublié » la destination du vol. Ils sont pas un peu surmenés chez EasyJet ?

Le vol se passe bien, et petite surprise en arrivant à Prague : le paysage est couvert de neige, c’est tout blanc ! Je prends le bus, puis le métro, et en sortant je découvre que les immenses escalators sont à l’arrêt… et j’ai au moins trente kilos de bagages. Là encore j’aurais bien aimé voir la tête que j’ai faite ! Heureusement les escalators se sont remis en marche presque tout de suite. Je sors de la station, ma rue est enneigée, je suis toute émerveillée. Un peu moins quand je réalise que le trottoir n’est pas salé et les pavés ultra-glissants. Vous vous souvenez de Cameron Diaz qui tire ses valises dans la neige dans le film The Holiday ? C’est beaucoup moins drôle en vrai ! Heureusement, je portais des bottes plates et non des escarpins…

006THD_Cameron_Diaz_027